La rencontre des agences d’urbanisme est le rendez-vous annuel des élus, des aménageurs publics et privés, des urbanistes et des architectes, des chercheurs et de tous ceux qui sont intéressés par l’évolution et les dynamiques des villes et des territoires. La 40° rencontre se tiendra les 6, 7 et 8 novembre 2019 en Île-de-France et sera co-organisée par L’Institut Paris Région (ex IAU) et la Fédération nationale des agences d’urbanisme (Fnau).  

Les inscriptions sont ouvertes ! https://www.fnau40.fr/  

En savoir plus :

Défendue, valorisée, voire érigée en modèle de développement urbain, la métropolisation est aussi désormais régulièrement critiquée parce qu’elle conduirait à une division de l’espace national. D’un côté, les villes gagnantes – celles qui se trouvent au cœur des métropoles – de l’autre, les villages, les petites et moyennes villes, certains espaces ruraux ou périurbains, qui seraient en dehors du phénomène métropolitain et de ses supposés bénéfices économiques. Cette opposition n’a pourtant rien d’évident. Elle est, sans doute, moins binaire que ne le laissent entendre les thèses et les représentations construites autour de la notion de fracture territoriale. Les inégalités socio-économiques traversent ces différents types de territoires et, pour autant, ils ne connaissent pas tous les mêmes trajectoires de développement. Les grandes villes tendent à gagner de la population, à concentrer les emplois et la production de richesse, mais, dans le même temps, de plus petites villes un autre modèle de développement, qui peut être humain et innovant à la fois.

Comment surmonter les oppositions et les représentations qui les renforcent ? Comment faire en sorte que les différents territoires se pensent et se construisent sur le mode de l’interdépendance et non de l’indifférence ou de la confrontation ? Comment créer des formes actives de développement partagé ? Qu’est-ce qui fait lien entre les territoires urbains, périurbains et ruraux ? Entre leurs habitants ? Quelles sont les aménités partagées ?

La réponse à ces questions tient peut-être dans un postulat commun : celui de la transition qui impacte chaque territoire et repose sur les ressources propres à chacun. Démontrer l’indissociable dépendance des territoires face à cet enjeu majeur, tel est le pari de cette 40e rencontre.